• LAURENSON Maelle

Stop au surmenage !



Les chercheurs dans le domaine des neurosciences et de la nutrition sont de plus en plus nombreux à penser que l’alimentation aurait une influence positive sur la prévention du stress, de la fatigue et de la dépression.


Quels sont les rôles des neurotransmetteurs dans la régulation de notre humeur ?

Substances fabriquées par l’organisme, à partir de certains acides aminés présents dans notre alimentation, les neurotransmetteurs sont les messagers qui permettent aux neurones de communiquer entre eux. Chaque neurotransmetteur a une fonction et des missions bien spécifiques.


Voici 3 neurotransmetteurs qui ont été plus particulièrement identifiés pour le fonctionnement harmonieux du cerveau :


  • La dopamine : elle agit un peu comme le « starter » : c’est elle qui nous permet de bien démarrer le matin, d’être motivé et d’avoir envie de faire des projets. Son précurseur dans notre alimentation : la tyrosine

  • La noradrénaline : c’est « l’accélérateur » ; c’est elle qui nous donne l’énergie pour mettre en œuvre nos projets et les réaliser avec plaisir. Son précurseur dans notre alimentation : la tyrosine

  • La sérotonine : c’est le « frein » qui permet la prise de recul, la détente, le contrôle des pulsions vers le sucré, le tabac, l’alcool. On l’appelle aussi « hormone de la sérénité ». Elle intervient également dans le sommeil en tant que précurseur de la mélatonine Son précurseur dans notre alimentation : le tryptophane


Parfois, notre alimentation ou notre mode de vie ne couvrent pas nos besoins en précurseurs ; cela peut avoir pour effet immédiat de nous rendre beaucoup plus sensible au stress et entraîner des troubles de l’humeur divers (nervosité, troubles du sommeil, fatigue, etc.).


A savoir que la synthèse de ces neurotransmetteurs nécessite un statut en fer et en magnésium optimal.


Dans certaines situations, il peut s’avérer utile de renforcer ses apports nutritionnels en neurotransmetteurs par le biais d’une complémentation. Il existe aujourd’hui des complexes innovants riches en tyrosine ou en tryptophane, particulièrement efficaces pour préserver son bien-être.


Alimentation anti-stress


Des protéines bien équilibrées

Elles fournissent les acides aminés nécessaires à la fabrication des neuromédiateurs (tyrosine et tryptophane).


Des oméga 3

Dans la transmission de l’influx nerveux, la qualité des membranes est déterminante. Cette qualité dépend de la richesse en acides gras polyinsaturés, en particulier les oméga 3. Ceux-ci vont permettre de fludifier les membranes des cellules et donc d’améliorer l’efficacité des récepteurs aux neurotransmetteurs. Ils ont également un effet anti inflammatoire les cellules du cerveau.


Du Magnésium

Le magnésium est aussi un régulateur du stress et joue sur la sensation de détente et de relaxation. C’est donc un atout majeur pour favoriser un sommeil harmonieux. Un individu soumis au stress est victime d’un véritable cercle vicieux. Le stress chronique mal géré entraîne une augmentation de cortisol (« hormone du stress »). Le cortisol déclenche une fuite urinaire du magnésium, fuite qui va augmenter la vulnérabilité au stress.


Des vitamines du groupe B

B1, B6, B9, B12 : elles participent à la synthèse des neurotransmetteurs.


Un bon choix des glucides

Toute baisse brutale du sucre dans le sang ou tout manque de sucre provoquent une sanction immédiate : le malaise... la fameuse hypoglycémie. C’est pour cela aussi que les grignotages sucrés provoquent irritabilité et sautes d’humeur : le taux de sucre varie au rythme des prises de sucre et le cerveau n’apprécie guère.

Enfin, il est interessant de consommer des sucres complexes le soir afin d’améliorer l’assimilation du tryptophane, précurseur de la sérotonine qui se transformera ensuite en mélatonine pour bien dormir !


Moins de caféine

Café, cola... qui peuvent avoir des effets excitant. Préférez les tisanes, thés verts ou cafés décaféinés à l’eau.


Et surtout…

Le cerveau a besoin de repos, d’évasion, de prendre le temps de réfléchir et pourquoi pas de méditer. Coupler cela à une activité physique quotidienne est une excellente façon d’atteindre la « zen attitude » 




38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout